Le programme

Située sur un des plus grands territoires en émergence d’Ile de France – près de 74hectares, soit 10% du territoire de la Ville de Boulogne-Billancourt–l’opération Seguin Rives de Seine s’est nourrie de nombreuses études de faisabilité, diagnostics, programmation urbaine afin de pouvoir définir les besoins en amont. 

Les réflexions ont commencé dès la fermeture des usines en 1992 et se sont concrétisées en 2000 avec des études pré-opérationnelles menées par la Ville de Boulogne Billancourt. 

  • Etude de positionnement spécifique sur les transports, sur le logement, sur le potentiel commercial, étude de projection de population,
  • Etude d’aménagement urbain : trois architectes-urbanistes coordinateurs associés à des paysagistes et des bureaux d’études spécialisés ont été désignés sur chaque grand secteur opérationnel de la ZAC (quartier du Pont de Sèvres, Trapèze et Ile Seguin) afin de donner les orientations d’aménagement pour chacun des secteurs. 
  • Étude d’impact sur l’environnement dans le cadre du dossier de réalisation de la ZAC (portant sur les caractéristiques du milieu physique, milieu vivant, paysage, milieu humain, cadre de vie & usages…) 
  • Diverses études environnementales : étude des potentialités piscicoles du site de la ZAC Seguin – Rives de Seine (Hygrosphère, 2004), inventaire ornithologique des berges de Seine à Boulogne Billancourt (ROCHE, 2000)

Sur la base des orientations définies dans les différentes études et documents de planification, les grands principes d’aménagement et de programmation sont retenus par la Ville de Boulogne-Billancourt.

La ZAC Seguin - Rives de Seine couvre 10% du territoire de Boulogne-Billancourt. Crédit photo : Ph. Guignard  - Val de Seine Aménagement, 2018

Le quartier du Pont de Sèvres, en lisière nord de la friche, construit sur dalle dans les années 1970 est intégré au projet. Composé essentiellement de logements sociaux, il fait l’objet d’une requalification de son patrimoine bâti, et d’une restructuration des espaces publics. La création d’accès assure de nouveaux liens avec le reste de la Ville et participe à la redynamisation de ce quartier inscrit au programme ANRU depuis 2008.

L’ile Seguin, quant à elle, accueille une programmation spécifique tournée vers les arts, la culture et l'innovation. Ouverte à tous, c’est un pôle de destination pour les franciliens qui affirme également son ambition internationale.

Sur le Trapèze nait un quartier de ville avec une forte proportion de logements mixtes ( 2/3 libres et 1/3 sociaux) des équipements et des commerces de proximités pour les besoins des habitants. L’ensemble se développe autour de l’idée d’une « ville-parc » en tirant parti des contraintes du site (site inondable). L’objectif est de répondre aux besoins de tous en s’appuyant sur les ressources et contraintes du territoire. Pour cela les espaces publics sont dimensionnés généreusement (50% d’espaces publics dont 50 % sont consacrés à la nature).
Enfin, le Trapèze est économe en ressources foncières. Le gabarit des lots a été définis selon des règles de constructibilité assez dense, tout en imposant à l’échelle des lots une surface de pleine terre représentant 50% des espaces libres.

L’ensemble des études aboutit ainsi au plan de référence de 2002 qui a fait l’objet d’une réglementation spécifique au PLU.

En 2003, la Ville de Boulogne-Billancourt créé Val de Seine Aménagement, son outil opérationnel et la ZAC Seguin Rives de Seine qui couvre l’ensemble de l’ancien site industriel délaissé par Renault en 1992, avec le Trapèze, le Quartier de pont de Sèvres et la mythique Ile Seguin. C’est ici que va naître le 6ème quartier de Boulogne-Billancourt. Pour autant, la Ville de Boulogne-Billancourt qui a vécu des années difficiles avec l’aménagement de la ZAC du centre-ville n’entend plus endosser le rôle d’un aménageur traditionnel. Ainsi, Renault reste propriétaire de ses terrains, les cède à un consortium de promoteurs, Développement Boulogne-Seguin (DBS). La ville de Boulogne-Billancourt n’acquiert que le foncier des espaces et équipements publics du Trapèze via sa SPL d’aménagement.

C’est donc un engagement politique fort de la ville de Boulogne-Billancourt qui a permis de passer d’un projet immobilier à un projet d’aménagement urbain guidé par des objectifs environnementaux, de mixité sociale et urbaine, et contrôlé par une structure d’aménagement, garante de la mise en place et l’animation de ces objectifs.

Depuis 2013, le Trapèze fait partie des 13 premiers titulaires du label EcoQuartiers. Ce trophée concrétise le total engagement de la Ville de Boulogne-Billancourt et de sa SPL en faveur du développement durable. 

Remise du tropé national du "Label EcoQuartier" au maire de Boulogne-Billancourt, Pierre-Christophe Baguet, par Cécile Duflot, ministre de l'Egalité des territoires et du logement, en 2013.

Un cahier des charges de cession de terrains (CCCT) élaboré par la SPL impose des prescriptions techniques, environnementales ainsi que des prescriptions architecturales, urbaines, paysagères. Une constructibilité par macro-lot et par programme est strictement définie. Les modalités de suivi des projets privés pour s’assurer du respect de l’ensemble des prescriptions sont précisément contractualisés et le calendrier opérationnel arrêtés conjointement. 

La mixité urbaine sur le quartier du Trapèze : exemple des  macro-lots A2 et B2.  Crédit photo : Ph. Guignard - Val de Seine Aménagement

Cette méthodologie inédite  a permis de mettre en oeuvre les principes d’aménagement arrêtés par la Collectivité Locale et qui ont présidé à concevoir la « ville-parc ». 
Son aménagement concrétise des principes et des valeurs qui correspondent aux attentes des citoyens du XXIème siècle à savoir : un cadre de vie architectural et naturel de qualité, une démarche d’aménagement durable à une échelle très large, des logements pour tous les publics, des équipements et des commerces répondant aux besoins de la vie quotidienne, une desserte en transports en commun variée, un territoire attractif pour les entreprises et pour leurs salariés.

C’est d’ores et déjà une réussite puisque en 2018, 12000 habitants se sont installés sur le Trapèze, charmés par la qualité du site, la création de nombreux équipements de proximité hautement qualitatifs et innovants (dont 3 groupes scolaires thématiques – bilangue, sciences et biodiversité, numérique, 4 crèches publiques, 1 lycée et une médiathèque). De mêmen de nombreuses entreprises, souvent leader dans leur secteur d’activité (IPSEN, ROCHE, Boursorama, Michelin, Carlson Wagon-lits, Vinci…) sont venues s’y implanter. 
Enfin près d'une soixantaine de cellules commerciales sont aujourd’hui occupées à 80 % (septembre 2018).

Le plan programme

Haut